Méditation - respirer l'instant présent

De l’avis de tous les experts d’Orient et d’Occident et prouvé scientifiquement, la méditation est le moyen le plus simple d’améliorer notre vie en y consacrant quelques minutes par jour.

Des dizaines de définitions existent, comment, où, combien de temps, combien de fois par jour, assis, debout, en marchant, en silence, avec mantras, les yeux fermés ou en regardant une rose… L’important est de s’y mettre et persévérer.

Sur zafu -coussin de méditation- ou le dos droit sur une chaise, être présent à soi, au souffle, j’inspire, j’expire le plus paisiblement possible sans s’attacher à quoique ce soit.

La définition qui suit est extraite de l’Anneau de la Voie par Maître Deshimaru.

“La posture de zazen est le satori. Zazen doit entraîner la pensée humaine dans la direction du Bouddha, de l’ordre cosmique.

La posture de zazen est semblable à la posture allongée du lion, au rugissement du dragon. Elle est digne du plus haut respect. »

Autre définition du sage  Sri Shinmoy extraite de l’Enseignement du silence :

«Méditer, c’est aller au fond de l’océan, où tout n’est que calme et tranquillité. Une multitude de vagues a beau agiter la surface de l’océan, ses profondeurs n’en sont pas affectées pour autant. Elles demeurent dans le silence… La peur, le doute, l’inquiétude et tous nos tourments quotidiens s’évanouissent d’eux-mêmes; une paix indestructible s’est désormais installée en nous. Notre esprit est pénétré par la paix, le silence et le sentiment d’union avec la Divinité. Telles des poissons dans l’eau, nos pensées nagent et bondissent sans laisser de traces.… La méditation est la soif de l’homme pour la Réalité infinie, la Réalité éternelle, la Réalité absolue.»

Sagesse d’un vieux chef Indien Cherokee pour enseigner la vie à son petit-fils. « C’est un combat terrible qui se produit entre deux loups. L’un est mauvais, il n’est que colère, envie, tristesse, regret, avidité, arrogance, auto apitoiement, culpabilité, ressentiment, sentiment d’infériorité, mensonges, faux orgueil, sentiment de supériorité et ego. »  Alors que l’autre loup, dit-il « est bon, et n’est que joie, paix, amour, espoir, sérénité, humilité, bonté, bienveillance, empathie, générosité, vérité, compassion et foi. »… « Ce combat terrible se passe aussi en toi, et à l’intérieur de chacun. » Le petit-fils demanda: «Grand-père, lequel des deux loups va gagner ? » Le vieux Cherokee sourit et répondit simplement: «Celui que tu nourris»

Enseigner l’Amour – enseignement de 2005 du regretté grand maître Zen Thich Nhat Hahn

.

Retour haut de page